Le Journal du dimanche No 3906

Retrouvez tous les dimanches l'actualité nationale et internationale, politique, économique, sportive et culturelle...Le JDD vous permet de revenir sur les événements forts de la semaine, et de découvrir aussi les rendez-vous du week-end à ne pas manquer.

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Lagardere Media News
Frequency:
Weekly
$1.24
$49.98
50 Issues

in this issue

3 min
pourquoi son bilan parisien plombe sa campagne nationale

À Paris, Anne Hidalgo vit depuis des mois sous le feu roulant des critiques. « Son bilan, c’est son boulet », veut croire Agnès Evren, présidente de la fédération LR de la capitale. La députée européenne et conseillère de Paris en dresse un tableau apocalyptique : « Comment peut-elle prétendre accéder à la fonction suprême, alors que notre ville est désormais mondialement connue pour son explosion de violence et la saleté de ses rues ? Paris est devenue bruyante et embouteillée, s’est enlaidie, les commerces ferment, les habitants fuient, l’attractivité est en berne… » Ce réquisitoire ressemble fort à celui du mouvement #SaccageParis, qui inonde les réseaux sociaux depuis avril. Ses animateurs dénoncent la malpropreté et l’avilissement de la ville, et ciblent la maire. La semaine dernière, dans Le Parisien, l’animateur…

7 min
le cas hidalgo

Pas un socialiste ne doute de sa détermination. Mais beaucoup s’inquiètent, lorsqu’ils regardent l’horizon, de sa capacité à aller jusqu’au bout. Dans une campagne qui s’entête à ne pas véritablement décoller au-dessus des 5 % d’intentions de vote, les interrogations se multiplient autour d’Anne Hidalgo. « J’aime le combat politique », réplique au JDD la candidate socialiste, qui se lancera demain dans un tour de France pour parler écologie, santé et école : Mulhouse pour commencer, puis Besançon le mardi, Saint-Étienne le mercredi, Chambéry le jeudi et enfin Avignon le vendredi. Avec quatre meetings en cinq jours. Mais il ne suffit pas de remuer ciel et terre pour dissiper les nuages. Et, autour de sa campagne, il en plane beaucoup. Budget limité, possibles défections, pressions au désistement en faveur de l’écologiste…

lejoudedimfr211121_article_002_01_01
2 min
l’union avec jadot n’est pas une évidence

Favorables mais pas trop. Le mariage entre la candidate socialiste, Anne Hidalgo, et son concurrent d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), Yannick Jadot, est souhaité par une majorité de sympathisants de gauche… mais très courte. Selon l’enquête de l’Ifop pour le JDD, ils sont 53 % à le réclamer. Bien moins que l’union globale de tous leurs candidats, qui reste un rêve pour 70 % des Français de ce camp, à peine moins qu’en novembre (72 %) et mai (73 %) derniers. Las, la femme ou l’homme providentiel capable de rassembler la famille ne se détache toujours pas. Dans l’hypothèse d’une alliance entre Jadot et Hidalgo, le premier s’offre un léger avantage : les socialistes sont plus nombreux à considérer qu’il incarne bien la gauche (58 %) que les électeurs d’EELV pour la…

lejoudedimfr211121_article_003_01_01
4 min
loin de paris, hidalgo reste peu connue

Envoyée spéciale Douai (Nord) Quand des militants de La France insoumise (LFI) croisent leurs concurrents socialistes sur le marché de Douai, ce samedi matin, le ton est chaleureux. « Ça va être compliqué, cette campagne, hein ? », souffle un mélenchoniste à Patrick Kanner, sénateur PS du Nord et pilier de la campagne d’Anne Hidalgo. « La gauche confetti, c’est mortifère, lui rétorque Kanner en lui tendant un tract avec la photo de la maire de Paris. Le rassemblement, j’y crois. Tous derrière Anne Hidalgo ! » Dans cette ville de 39 000 habitants conquise par le Parti socialiste en 2014 après trente ans de règne de la droite, la crainte de ne pas figurer au second tour de l’élection présidentielle, comme en 2002 et en 2017, infuse dans la tête de…

lejoudedimfr211121_article_004_01_01
5 min
gérard grunberg, politologue « pour le parti socialiste, la chute est inexorable »

Dans certains sondages, les gauches oscillent entre 24 et 29 % des intentions de vote au premier tour de l’élection présidentielle. Comment expliquer cette faiblesse historique ? Cette faiblesse date de 2017 : à l’élection présidentielle, les gauches rassemblaient 28 %, contre 44 % en 2012. Il s’agit du niveau le plus faible depuis 1969. Cet effondrement est dû essentiellement au recul du Parti socialiste, passé dans le même temps de 29 % à 6 %, et qui se situe encore aujourd’hui à ce niveau. Ça résulte de deux phénomènes : la moitié de cet électorat, plutôt social-libéral, a suivi Macron en 2017, tandis qu’une partie votait pour Mélenchon. Globalement, tandis que la gauche pourrait perdre près de 20 points entre 2012 et 2022, l’extrême droite en gagnerait plus de 10,…

6 min
yannick jadot, candidat écologiste « je dis au ps : rejoignez-nous ! »

Dans les sondages, les intentions de vote pour la gauche sont historiquement basses : moins de 30 % au total. Malgré cela, l’union de la gauche, c’est fini ? Au printemps, j’ai tendu la main à tous les responsables politiques de gauche, à tous les écologistes pour les rassembler autour d’un projet commun. Ma main reste tendue. Les Français attendent des solutions à la hauteur des défis du climat, du vivant, de la santé et de leur exigence de justice sociale. C’est donc autour de notre projet, du projet écologiste, qu’une dynamique de rassemblement doit s’enclencher. « La stratégie de Macron, c’est le nucléaire, quoi qu’il en coûte pour le climat » La gauche devrait donc se rassembler derrière vous ? La question, ce n’est pas ma personne. C’est le projet commun que nous…

lejoudedimfr211121_article_006_01_01