EXPLOREMY LIBRARY
Science
Les Cahiers de Science & Vie

Les Cahiers de Science & Vie

No. 193

Tous les deux mois, Les Cahiers de Science & Vie vous proposent 100 pages d'histoire des civilisations anciennes.

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Reworld Media Magazines
Frequency:
Bimonthly
Read More
SUBSCRIBE
$38.39
8 Issues

in this issue

2 min.
la fin, ce début d’autre chose…

Parfois, le hasard fait étrangement les choses. Le dossier consacré aux mythes de fin du monde des grandes civilisations était prévu de longue date pour répondre à un précédent opus dédié aux mythes des origines. Il se retrouve être d’une actualité aussi fiévreuse qu’inattendue, réalisé par une équipe disséminée aux quatre fameux coins de l’Hexagone à l’heure du Covid-19. Certes, les « pestes », comme disaient les Anciens, n’étaient jadis pas le vecteur privilégié des catastrophes ultimes. Feu et déluge leur étaient préférés, mais elles figuraient tout de même sur le podium des plus funestes calamités, aux côtés des famines, guerres et autres menaces célestes. En se plongeant dans ce thème, immémorial s’il en est, on ne peut que réaliser son incroyable modernité. Bien sûr, les récits antiques mettent en…

4 min.
les structures en os de mammouths ne servaient peut-être pas d’habitats

Les os et défenses de mammouths ont constitué de précieuses ressources pour les sociétés paléolithiques qui côtoyaient le puissant éléphantidé ; en témoignent les outils de chasse et les statuettes retrouvées dans tout l’hémisphère Nord. Phénomène culturel unique au monde, les os de ce mammifère ont même parfois servi de matériaux de construction en Ukraine et en Russie. Plus de soixante-dix assemblages osseux ont ainsi été recensés par les archéologues sur la plaine d’Europe, structures qui seraient apparues durant le dernier cycle glaciaire, il y a environ 20 000 ans. Une récente étude menée sur le site archéologique russe de Kostenki 11, au sud de la ville de Voronej et du fleuve Don (qui reste en partie libre de glace, y compris au cœur de l’hiver), suggère même que ces…

1 min.
casse-tête rituel postmortem chez les ibères

À leur arrivée au IIIe siècle avant notre ère sur la péninsule Ibérique, les Romains découvrent plusieurs civilisations. Certaines restent largement méconnues de nos jours, notamment les Ibères, fermement implantés sur sa bande orientale. Entre le VIe et le Ier siècle avant notre ère, ces derniers bâtissent de grandes villes fortifiées, mettent au point une écriture qui nous résiste toujours et… développent des pratiques funéraires pour le moins originales. Leur étude est l’une des rares façons d’en apprendre plus sur cette culture élusive. «Il y a quelques années, nous avions découvert sur le site d’Ullastret (Catalogne) plusieurs crânes transpercés par un clou, se rappelle Carme Rovira Hortalà, du musée d’Archéologie de Catalogne. Ces crânes orphelins semblaient avoir été méticuleusement placés à proximité d’armes contondantes, et exposés à la vue de…

2 min.
neandertal avait la fibre technologique

Même si Neandertal n’est plus assimilé à la brute épaisse des manuels scolaires d’antan, on considère souvent que ses capacités cognitives étaient limitées. L’étude de quelques fibres végétales torsadées découvertes sur le site de l’Abri du Maras, en Ardèche, démontre pourtant que comparé à Homo sapiens, il tenait la corde ! Ces fibres constituent en effet les plus anciens fragments de cordage jamais retrouvés. Elles ont été mises au jour en 2015 dans une strate archéologique dont l’occupation remonte de 42 000 à 52 000 ans. « Constitué d’au moins trois brins, torsadés puis repliés, ce résidu de 6 mm de long a été piégé dans du sédiment solidifié qui adhérait à un éclat de silex, explique Marie-Hélène Moncel (CNRS - Muséum national d’histoire naturelle), qui dirige les fouilles du…

2 min.
vice de construction en gaule romaine

Des blocs de pierre fichés dans le sol, comme lourdement tombés à terre. Lorsque les archéologues dégagent en 2014 ces vestiges gallo-romains oubliés à Pont-Sainte-Maxence (Oise), ils ne se doutent pas qu’ils découvrent en fait les restes d’une impressionnante façade du IIe siècle. Avec près de 10 mètres de haut sur 70 mètres de long, percée d’une dizaine d’arcades et richement gravée, l’œuvre était splendide… elle fut également éphémère, comme le prouvent les datations effectuées : elle s’écroula quelques dizaines d’années seulement après sa construction. Son triste sort questionna aussitôt les archéologues : « On s’est demandé s’il s’agissait d’un écroulement volontaire ou non », raconte Richard Rougier, de l’Institut national des recherches archéologiques préventives (Inrap), qui a supervisé les fouilles. La modélisation allait apporter des réponses. Une fois les blocs…

3 min.
qui étaient les occupants du « stonehenge » allemand ?

À l’aube du Néolithique, l’Europe semble vouer une certaine fascination aux monuments édifiés en cercles concentriques. Une fascination demeurée intacte, renouvelée à chaque nouvelle découverte, qui permet de mieux les comprendre… À cet égard, 1991 fut une date phare avec la mise au jour du site exceptionnel de Pömmelte en Saxe-Anhalt, à proximité de l’Elbe, grâce à la prospection aérienne. Ce monument dont l’agencement n’est pas sans rappeler le fameux Stonehenge a été construit il y a plus de quatre millénaires, alors que s’ouvre l’âge du bronze. Toutefois, contrairement à son homologue britannique érigé à la même époque, celui-ci était entièrement composé de piliers en bois de chêne depuis longtemps disparus. Les fondations, en revanche, sont restées préservées dans le sol, ce qui en a permis une restitution en 2016…