ONTDEKKENBIBLIOTHEEK
Nieuws & Politiek
L'Express

L'Express No.3597

Chaque semaine, vous retrouvez les grands thèmes de l’ACTUALITE politique, économique, sociale et culturelle DECRYPTES en toute indépendance par de grands EDITORIALISTES reconnus dans leur domaine d'expertise. Des grands dossiers, des enquêtes exclusives et des reportages inédits redonnent du SENS à l'actualité et vous permettent de mieux COMPRENDRE le monde actuel.

Land:
France
Taal:
French
Uitgever:
Groupe Express Roularta
Verschijningsfrequentie:
Weekly
Meer lezen
SPECIAAL: Économisez 40% sur votre abonnement Zinio avec le code: DIGITAL40
EDITIE KOPEN
€ 5,23(Incl. btw)
ABONNEREN
€ 42,70(Incl. btw)
26 Edities

in deze editie

3 min.
courrier

La mondialisation, un bouc émissaire commode Matthieu Creson Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine) Enseignant à l’Iesa et au Stanford Center de Paris, je réagis à l’entretien avec l’essayiste libéral suédois Johan Norberg. Partisan du capitalisme libéral et mondialisé, Johan Norberg défend ses idées en s’appuyant sur une investigation et une observation rigoureuse des faits. Son Plaidoyer pour la mondialisation capitaliste (Plon, 2004) était une brillante réfutation, preuves à l’appui, des racontars sur la mondialisation, ce coupable d’à peu près tout et n’importe quoi survenant sur la planète. Cette tendance à faire de la mondialisation un bouc émissaire commode a été avivée par la crise du Covid-19. De l’extrême gauche à l’extrême droite, on nous explique que la dernière heure de la globalisation a sonné, et que la pandémie devrait nous inciter à vouloir bâtir un…

1 min.
un numéro pas comme les autres

Quatorze semaines! Voilà quatorze semaines sans interruption que L’Express consacre sa Une à l’épidémie de Covid-19. Quatorze semaines que nous vous proposons des reportages, des enquêtes, des analyses, des débats pour mieux comprendre cet événement inédit, cette épidémie qui aura bouleversé la société française dans tous les domaines ou presque. Aussi le numéro que vous avez en main n’est-il pas tout à fait ordinaire : pour la première fois depuis le mois de mars, la couverture de votre magazine traite d’un autre sujet, signe, sans doute, que la France est en train de franchir une étape, même si, bien évidemment, les conséquences du Covid-19 se font et se feront encore sentir. Sachez aussi que, depuis le mois de mars, L’Express est entièrement réalisé à distance. Aucun membre de l’équipe n’est…

4 min.
le rendez-vous manqué de trump avec l’histoire

Sur ordre présidentiel, ils ont fini par rejoindre leurs casernes. Les images des soldats postés devant la Maison-Blanche ont fait le tour du monde et heurté de nombreux Américains. « Une invasion », a réagi la maire de Washington, l’Afro-Américaine démocrate Muriel Bowser. Choquante, en effet, cette vision d’hommes armés dans le plus symbolique lieu de la démocratie américaine. Même Franklin Roosevelt, après l’attaque surprise des Japonais sur Pearl Harbor, en décembre 1941, avait refusé que des chars soient postés autour de la résidence présidentielle : il ne voulait pas donner l’impression d’une démocratie en état de siège. Ces considérations n’ont guère embarrassé l’actuel locataire du lieu – bien au contraire. Car ces hommes casqués et ces barrières ont, en réalité, conforté l’image qu’il veut donner de lui depuis plus de…

2 min.
président et candidat, la cohabitation intérieure de macron

Il est un moment dans le mandat élyséen à partir duquel un chef de l’Etat pense moins à réformer qu’à calculer. Une phase où, dit autrement, il est plus candidat que président, où le moindre de ses gestes est lu à l’aune de l’élection. Comment Emmanuel Macron peut-il gérer cette cohabitation intérieure alors qu’il s’apprête à abattre ses cartes, entre le 29 juin, lendemain du second tour des municipales, et le 14 juillet ? Une certitude : comme tous ses prédécesseurs, il est, aux dires d’un interlocuteur régulier, « obsédé par sa réélection », parce que c’est le seul juge de paix dans une démocratie, parce qu’une victoire est nécessaire pour valider le dépassement du clivage droite-gauche et ne pas en faire une simple parenthèse dans l’histoire de la Ve…

1 min.
hydroxychloroquine : les déboires du lancet ne changent rien

La spectaculaire rétractation de trois des quatre auteurs de l’étude le Covid-19. Aucune étude sérieuse n’est venue accréditer cette hypothèse, et, au contraire, les signaux négatifs se multiplient. Les responsables de l’essai clinique britannique Recovery ont indiqué qu’ils n’avaient obtenu aucun résultat probant avec ce médicament. Un autre essai, aux Etats-Unis, a montré que l’hydroxy-chloroquine ne permettait pas de prévenir le Covid-19. Auparavant, une étude, encore en prépublication, avait indiqué que cette molécule ne présentait pas d’effet in vitro sur des cellules humaines, et qu’elle n’améliorait pas l’état de singes infectés. Sans oublier trois que de preuves partielles. Mais cette accumulation le montre : Si le Pr Raoult avait lancé d’emblée un essai clinique dans les règles de l’art, nous aurions déjà la réponse. L’emballement irrationnel des derniers mois restera certainement dans…

2 min.
la france a un problème de castes, pas de races

Depuis le meurtre de George Floyd, un vent de contestation, bienvenu et inédit, souffle sur le monde. Si le problème racial empoisonne les Etats-Unis depuis quatre cents ans, ce n’est pas le cas en France, qui, loin d’être exempte de racisme – en témoigne la et aux logements, ainsi que les intolérables la trop longue panne de son ascenseur social. Ici, les enjeux relèvent davantage d’une question de castes que de races, davantage d’unrenouvellement indispensable des élites que d’une compétition raciale sans finalité autre que la guerre civile. Née en Iran et exilée à Paris depuis trente-cinq ans, j’ai pu Joseph Kessel, Chaïm Soutine ou Marc Chagall. Des étrangers, des exilés, des immigrés, des métèques qui ont fait la France. Les nécessités de se reconnaître dans l’Histoire et de se revendiquer…