ZINIO logo
ONTDEKKENBIBLIOTHEEK
Eten & Wijn
La Revue du Vin de France

La Revue du Vin de France No. 645

Grâce à son savoir-faire et ses experts, La Revue du Vin de France vous apporte une information riche pour connaître, choisir et déguster les bons vins, constituer votre cave et multiplier les plaisirs de la découverte.

Meer lezen
Land:
France
Taal:
French
Uitgever:
Revue du Vin de France
Verschijningsfrequentie:
Monthly
SPECIAAL: Économisez 50% sur votre abonnement!
EDITIE KOPEN
€ 7,46(Incl. btw)
ABONNEREN
€ 64,05€ 32,02(Incl. btw)
10 Edities

in deze editie

3 min.
des notes sur 100

Vous le découvrirez en feuilletant ce numéro, La Revue du vin de France ne note plus les vins sur 20, mais désormais sur 100. Pourquoi une telle évolution ? D’abord pour vivre avec son temps. Apparues dans les années 70, les notes sur 100 ont conquis le monde. De Tokyo à Londres en passant par Moscou et Johannesburg, partout les vins sont jugés sur 100. Et La RVF, votre RVF, même si elle défend une certaine approche du vin, disons à la française, ne se sent pas la vocation d’un Robinson sur son île déserte, quels que soient les talents du héros de Daniel Defoe. Ce changement ouvre de nouveaux horizons. Car la mondialisation n’est plus un mirage, elle est une réalité, surtout dans le monde du vin. Entrons un instant dans les détails.…

12 min.
mark angeli « accompagner les jeunes, voilà le primordial »

Vous êtes en train de devenir un vigneron culte en France alors que vous n’aviez aucun lien avec le monde du vin. Racontez-nous votre parcours. Je suis de Marseille avec des origines corses assez lointaines. Après avoir entamé et abandonné des études de chimie – cela ne me correspondait pas du tout –, je me suis tourné vers le métier de maçon. Puis j’ai créé mon entreprise spécialisée dans la restauration de maisons en pierre à Aix-en-Provence. Maçon à Aix-en-Provence, comment êtes-vous devenu vigneron en Anjou ? Quand j’étais maçon, je ne buvais que du lait ! (rires) Un jour, un client dans le Bordelais pour qui je devais refaire la façade de sa maison m’a proposé de me payer en vin. Il possédait un hectare de vignes à Sauternes. C’était en 1987,…

4 min.
le monde du vin est-il trop blanc ?

«Je ne m’attendais pas à ce que vous soyez noire. » Cette réflexion, la journaliste du vin Julia Coney l’a entendue à de nombreuses reprises dans la bouche de vignerons. À ceux-là, l’Américaine répond invariablement : « Je ne m’attendais pas à ce que vous soyez un goujat ! ». Des propos de ce tonneau, la sommelière Alisha Blackwell-Calvert, qui travaille à Saint-Louis, dans le Missouri, en subit incessamment elle aussi. « Où est le vrai sommelier ? », n’hésitent pas à lui rétorquer certains clients lorsqu’elle leur offre ses conseils. Deux exemples qui ne sont qu’un échantillon des témoignages désolants recueillis par la célèbre critique Jancis Robinson et compilés dans une chronique intitulée “Too white wine” (Trop de vin blanc). Publiée en juin dans le Financial Times, la dégustatrice s’interroge…

2 min.
cap’tain castel toujours à la barre à 94 ans !

Le 17 octobre dernier, le plus vieux milliardaire français en exercice soufflait ses 94 bougies. Pierre Castel, né à l’époque du quatrième gouvernement Raymond Poincaré à Berson, au fin fond de la Gironde, dans une famille d’immigrés espagnols, dirige toujours d’une main ferme la société qu’il a créée juste après la Seconde guerre mondiale et devenue avec le temps leader français du vin, et numéro trois mondial : Castel Frères. Aussi âgé et actif que la reine Elisabeth II, il a pris ses quartiers sur les bords du lac Léman depuis 1981, suite à l’arrivée des “rouges” après l’élection de François Mitterrand. C’est de son QG qu’il dirige son groupe tentaculaire, 250 filiales, et ses “affaires africaines”. L’AMI DES PRÉSIDENTS AFRICAINS Car il tire sa fortune, non pas du vin, mais de ses…

4 min.
le gibier toujours plus friand de raisins

Point commun entre renards, blaireaux, chevreuils, sangliers, corneilles et autres habitants de nos campagnes ? Cette ménagerie à poil et à plumes raffole du raisin mûr. Lorsque vient le temps des vendanges, les vignerons constatent les dégâts. « Entre les sangliers, les chevreuils, les palombes, les pies et les lièvres, j’ai perdu l’équivalent de 5 000 bouteilles de Pessac-Léognan », explique le Bordelais Jean-Christophe Mau, de château Brown. Dans les Alpilles, le célèbre Éloi Dürrbach (Domaine de Trévallon) estime perdre l’équivalent de 15000 bouteilles. « Surtout des blancs et des syrahs. Les cabernets, ils aiment moins », note ce fin palais. 1800 TONNES DE RAISINS PAR AN Paradoxalement, c’est l’écosystème très “écolo” de ces propriétés – Trévallon est bâtie dans une pinède, Brown cerné d’une ceinture forestière – qui favorise la prolifération…

3 min.
alaric de portal « on a traversé un tsunami »

Comment avez-vous abordé le confinement ? Tout allait bien chez nous début mars, on était en croissance douce. Le blocage du marché a été très brutal. Les commandes ont chuté, l’anxiété s’est installée. Nos clients ne savaient pas s’ils allaient rester chez eux ou partir à la campagne. La mer se retirait, mais elle est revenue en une vague énorme, comme un tsunami. Le pays fermait et nous, l’e-commerce, pouvions continuer à travailler. La demande en ligne a explosé. Suivre le mouvement suffisait ? Pas tout à fait. La demande flambait avec des pics à + 110 %. Mais il a fallu encaisser les G d’accélération avec la même équipe car le Covid-19 a bloqué nos recrutements. Quels étaient les problèmes ? Il fallait d’abord protéger le personnel de l’entrepôt, à Mâcon, donc limiter les…