ONTDEKKENBIBLIOTHEEK
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Showbizz & Roddels
Paris MatchParis Match

Paris Match No. 3655

Depuis plus de 60 ans, Match raconte le monde tel qu’il est. Entre les joies et les peines, les larmes et les sourires, l’Histoire s’écrit à travers les destins du quotidien, sur la scène internationale, et trouve chaque semaine un écho émouvant dans le magazine.

Land:
France
Taal:
French
Uitgever:
Lagardere Media News
Meer lezenkeyboard_arrow_down
SPECIAAL: Économisez 40% sur votre abonnement!
EDITIE KOPEN
€ 2,71(Incl. btw)
ABONNEREN
€ 77,02€ 46,21(Incl. btw)
52 Edities

IN DEZE EDITIE

access_time4 min.
a bordeaux, la cité du vin a trouvé son rythme de croisière

Depuis trois ans elle est posée au nord de la ville, telle une vigie veillant sur Bordeaux. Inaugurée en 2016, la Cité du vin attaque sa quatrième saison le vent en poupe. En 2018, 421000 visiteurs ont franchi la porte du musée, un peu moins qu’en 2017, la faute aux gilets jaunes. Pas de quoi s’alarmer pour autant. Chaque année, la Cité du vin reçoit 300000 personnes de plus que le musée dAquitaine, l’autre institution de la ville. « Le défi est pour nous de faire comprendre au public que ce n’est pas un musée sur l’alcool mais plutôt sur un art de vivre.» Effectivement, les 3000 mètres carrés d’exposition permanente permettent de découvrir le vin dans toute sa splendeur: des terroirs aux vignobles en passant par son histoire, il…

access_time1 min.
eric fottorino croit encore au papier

Paris Match. Comment est né “Zadig” ? Eric Fottorino. Pendant la dernière présidentielle, on a eu l’impression que la France était devenue illisible. L’élection de Macron était inattendue et sa start-up nation ne parlait à personne. Notre pays manquait de récits. On a de plus en plus d’intelligence artificielle, mais de moins en moins d’intelligence humaine et les supports papier sont un lien humain. En 2019, lancer un magazine sans publicité n’est-ce pas mission impossible ? C’est central dans le projet parce que ça montre qu’il est possible de le faire sans avoir de fortune particulière. “Le 1” dégage de l’argent mais pas suffisamment pour lancer un nouveau support sans le mettre en danger. On est donc passé par le financement participatif sur KissKissBankBank. J’étais sceptique mais on a atteint 275 000 euros…

access_time3 min.
secrets d’embrassades

Vues de loin les guerres sont romanesques. Les ruines ont disparu, on a nettoyé le sang, le silence est revenu, reste un parfum d’aventure. D’autant plus que ceux qui racontent sont évidemment les veinards qu’elles n’ont pas tués. Quatre-vingts ans après, on se régale toujours de celle de 1939-1945. Surtout quand, miracle, on part sur un théâtre d’opérations inattendu. Avec Guy Lagache, on est servi: tout commence au consulat de France de Tientsin, un immense port chinois proche de Pékin. On est en 1940, c’est l’été, la chaleur est accablante. La France a sombré, mais ses diplomates sur place n’ont qu’un souci : comment organiser un beau feu d’artifice pour le 14 juillet. On va de soirée en soirée. Sur ces terres lointaines, tout à coup, l’Histoire prend des couleurs. Ça…

access_time2 min.
alexandro jodorowsky

« Je me décrirais comme… Quelqu’un d’indescriptible parce que je n’entre dans aucun schéma mental, aucune catégorie fixe. Les descriptions nous enferment.» « L’écriture m’a changé… Comme tout un tas de choses. Vous me changez en initiant cette conversation, vos questions me changent. Dans l’univers, tout change constamment. Il n’y a rien de fixe.» « Quand je ne fais pas de films… J’écris, j’étudie le tarot, j’écoute de la musique. Je suis un touche-à-tout. Je n’ai pas de limites car je suis artiste et que l’art n’a pas de limites.» « Poésie, bandes dessinées ou livres ? Je suis multiple. C’est un tout cohérent. J’ai produit plus de cent bandes dessinées, écrit des romans, des essais, des livres de thérapie et presque dix films. La poésie est ma colonne vertébrale, elle me permet…

access_time3 min.
œuvres aux noirs

C’est un pavé dans la mare de l’histoire de l’art, une manifestation qui fera date. Renommer des œuvres cataloguées depuis des décennies à partir du nom des personnes représentées, retracer les histoires de ces figures oubliées, remettre en avant tout un pan négligé de la peinture, telles sont les ambitions de cette exposition parisienne. L’initiative vient d’une historienne de l’art américaine, Denise Murrell : elle s’est étonnée que les cours d’histoire de l’art s’attardent autant sur la figure de l’« Olympia » de Manet, jamais sur celle de la servante noire qui tient derrière elle un énorme bouquet de fleurs. Le propos de l’exposition, initialement présentée à New York et limitée aux modèles femmes, a été élargie aux modèles hommes par l’équipe du musée d’Orsay. La période envisagée est aussi…

access_time5 min.
« les gens pensent que l’art c’est ce qu’on fait, mais l’art c’est ce qu’on est. la véritable œuvre d’art, c’est moi ! » mr. brainwash

Paris Match. Vous êtes arrivé aux Etats-Unis très jeune… Mr. Brainwash. J’avais 15 ans. Quand ma mère est décédée, mon père nous a emmenés pour une nouvelle vie à Los Angeles. Vous parliez déjà anglais ? Non. Et je me suis même demandé si j’allais un jour parler cette langue ! D’où est venue votre attirance pour la vidéo ? Elle est née un peu de cette frustration du langage. Je filmais tout, partout. Sauf la nuit, car tout le monde se couchait. Alors j’ai découvert le street art. Les artistes travaillent la nuit, entre 1 heure et 6 heures du matin pour qu’on ne les voie pas. Pourquoi devenez-vous le sujet de vos propres films ? Je sortais trop, les gens ne me suivaient plus. J’ai commencé alors à me photographier et j’en faisais des affiches…

help