UTFORSKBIBLIOTEKBLADER
KATEGORIER
  • Kunst og arkitektur
  • Båt og fly
  • Forretning og finans
  • Biler og motorsykler
  • Kjendiser og sladder
  • Comics & Manga
  • Håndverk
  • Kultur og litteratur
  • Familie og oppdragelse
  • Mote
  • Mat og vin
  • Helse og trening
  • Hjem og hage
  • Jakt og fiske
  • Barn og tenåringer
  • Luksus
  • Livsstil for menn
  • Film, TV og musikk
  • Nyheter og politikk
  • Fotografi
  • Vitenskap
  • Sport
  • Teknologi og spill
  • Reise og friluftsliv
  • Livsstil for damer
  • Vosen
FREMHEVET
UTFORSKBIBLIOTEK
 / Kultur og litteratur
Les Veillées des chaumières

Les Veillées des chaumières No. 3399

Le partage, la présence, la complicité et l'amitié. Toutes ses pages sont consacrées à la lecture, à la poésie, aux histoires…

Land:
France
Språk:
French
Utgiver:
Societe Mondadori Magazines France
Les mer
KJØP UTGAVE
NOK19.20
ABONNER
NOK356.74
26 Utgaver

I DENNE UTGAVEN

2 min.
une cité de l’économie en plein paris

Inspiré par le musée interactif de l’Économie de Mexico, Citéco présente tout ce qui a trait à l’économie sous un aspect ludique et pédagogique afin de familiariser le public aux concepts et aux mécanismes économiques. Il est installé dans l’hôtel Gaillard, superbe édifice de l’architecture néo-Renaissance de la fin du XIXe siècle, classé monument historique, ancienne demeure privée du banquier Émile Gaillard. L’hôtel devient succursale de la Banque de France de 1920 à 2006. Quatre ans plus tard, la Banque de France lance le projet Citéco. La transformation du bâtiment en musée accessible à tous a nécessité de gros travaux qui ont commencé en 2012 et ont été effectués dans le respect de l’édifice d’origine. L’exposition permanente, divisée en 6 thèmes, prend place dans un grand espace de 2 400 m2 .…

1 min.
les veillées des chaumieres

Rédaction 8, rue François-Ory 92543 Montrouge Cedex Tél. 01-46-48-47-12 – Fax. 01-46-48-47-00 redaction.veillees@mondadori.fr Directrice de la rédaction Marion Minuit, assistée de Patricia Molnar Rédactrice en chef Safia Amor Rédactrice en chef technique Annie Viaud Chef de service Valérie Dufils valerie.dufils@mondadori.fr Chef de service Hélène Arsanger helene.arsanger@mondadori.fr Chef de rubrique Jardin, Animaux Christine Timmerman christine.timmerman@mondadori.fr Première secrétaire de rédaction Brigitte Ahlers brigitte.ahlers@mondadori.fr Secrétaire de rédaction Annie Touzé Courrier des lecteurs Florence Casanova Première rédactrice graphiste Soifia Hanami Rédactrice graphiste Ouarda Akdache Chef de service photo Anne-Sophie Lufiacre Rédacteur photo Christian Rousselet Direction Edition Directrice déléguée Carole Fagot Directrice d’édition Isabelle Jacques Fabrication Directeur des opérations industrielles Dominique Aymard Directrice de la fabrication Isabel Delanoy Chefs de fabrication Daniel Rougier, Agnès Châtelet Prépresse Sylvain Boularand, Christophe Guérin Abdellatif Zirar, Stéphane Mossot, Marina Capelle…

9 min.
rosalind franklin pionnière de l’adn

En ce début de mois d’octobre ont été remis les prix Nobel scientifiques (médecine, physique, chimie…). On le sait, l’institution a plus souvent honoré des hommes que des femmes. Et dans les laboratoires de recherche, la courtoisie n’a pas toujours été de mise. Ainsi l’histoire de Rosalind Franklin, qui s’est fait usurper son travail sur l’ADN (l’acide désoxyribonucléique) au début des années 1950. Elle est née Rosalind Elsie Franklin le 25 juillet 1920 dans le quartier cossu de Notting Hill, à Londres, au sein d’une riche famille juive anglaise traditionnellement présente dans le monde politique, intellectuel et économique du pays. Le père de Rosalind, Arthur Ellis Franklin, occupe un haut poste à la Banque Keyser. Sa mère, Muriel Frances Waley, est diplomée de Bedford College, de l’université de Londres, mais comme…

19 min.
depuis si longtemps

Bon, c’est pas mal… c’est pas mal… on va reprendre là ! Le vieux magnétophone de la salle des fêtes se remit en marche. Enfin, de la salle polyvalente ! C’était comme cela que l’on devait dire désormais, car la municipalité était désireuse que cette fameuse salle corresponde aux envies et aux besoins de chaque association de la commune. C’està-dire d’aucune. Car comment la même salle pouvait-elle être adaptée aussi bien aux thés dansants du club du troisième âge, aux lotos des écoles, aux repas du comité d’animation, aux cours de judo, de gymnastique, de théâtre, de poterie ou de danse, comme aujourd’hui ? Le magnétophone était comme la salle. D’un autre âge. Et prétendument adapté à l’usage de chacun. Julie baissa le son pour se faire entendre. – Ah !… Cathy !…

1 min.
danse de nuit

Ah, la danse ! la danse Qui fait battre le coeur, C’est la vie en cadence Enlacée au bonheur. Accourez, le temps vole, Saluez s’il vous plaît, L’orchestre a la parole Et le bal est complet. Sous la lune étoilée Quand brunissent les bois Chaque fête étoilée Jette lumières et voix. Les fleurs plus embaumées Rêvent qu’il fait soleil Et nous, plus animées Nous n’avons pas sommeil. Flammes et musique en tête Enfants ouvrez les yeux Et frappez à la fête Vos petits pieds joyeux. Ne renvoyez personne ! Tout passant dansera Et bouquets ou couronne Tout danseur choisira. Sous la nuit et ses voiles Que nous illuminons Comme un cercle d’étoiles, Tournons en choeur, tournons. Ah, la danse ! La danse Qui fait battre le coeur, C’est la vie en cadence Enlacée au bonheur. Marceline DESBORDES-VALMORE (1786-1859)…

2 min.
le vieux noyer

L’automne est là, et les premiers jours d’octobre, on récolte les noix en Isère. J’ai dix ans, je vis dans la vallée du Rhône où les arbres fruitiers sont rois, cultivés au bord du fleuve et sur les coteaux. Notre mère est rhodanienne, notre père isérois, et nous avons un pied dans chacune de ces régions voisines mais différentes. Je suis fascinée par ces grands arbres qui donnent des fruits en bois. À l’époque, pas de machine secoueuse, pas de matériel sophistiqué pour ramasser, laver, calibrer les noix. Une gaule suffit, pour aider le vent. Il y a des arbres très vieux, très grands, majestueux, mais déjà, les nuciculteurs commencent à replanter en basse tige, en prévision de la mécanisation. Je m’arrête devant un des plus gros noyers du village, je…