EXPLORARBIBLIOTECA
Para Homens
The Good Life

The Good Life No. 33

The Good Life, nouveau magazine d'Ideat Editions, est le premier magazine masculin hybride : news & lifestyle. The Good Life regarde le monde à 360°. Economie, lifestyle, art contemporain, architecture, musique, voyages, mode, décoration contemporaine… Pour comprendre ce qui se passe sur la planète et décrypter les tendances de fond économiques et sociétales.

País:
France
Língua:
French
Editora:
IDEAT EDITION
Periodicidade:
Bimonthly
Ler Mais
COMPRAR EDIÇÃO
5,18 €(IVA Incl.)
ASSINATURA
20,71 €(IVA Incl.)
5 Edições

nesta edição

3 minutos
contributors

Geneviève Brunet THE GOOD MATCH Journaliste et auteur, elle a écrit des rivières de lignes pour les magazines et pour la presse quotidienne, et publié des ouvrages chez Actes Sud et La Martinière. De son enfance sur les rives de la mer du Nord, elle a gardé le goût du large et des départs, dispersant ses valises entre Paris, le Var et ailleurs. Elle est toujours prête à s’envoler pour The Good Life, dont elle partage l’inépuisable curiosité depuis le tout premier numéro. Natacha Wolinski THE GOOD ART Critique d’art, Natacha Wolinski collabore avec Marie Claire, Beaux-Arts Magazine, Air France Magazine et France Culture. Avant cela, elle a vécu un temps sur le continent africain, garde en mémoire le rouge exténué de la latérite et la chaleur du goudron sous ses pieds nus. Son projet?…

5 minutos
edito

Depuis le lancement de The Good Life, il y a déjà près de sept ans, je reçois régulièrement des e-mails de lecteurs enthousiastes à propos du magazine, qui n’a toujours pas de concurrent en France. Ils me font part de leurs avis, parfois ce sont des critiques, mais tous se disent heureux que le magazine existe et réponde à leurs aspirations: s’intéresser à l’économie mondiale en essayant de sortir du contexte franco-français que l’on retrouve dans la plupart des journaux et magazines. Se montrer positif sur l’avenir, ne pas considérer que le mot «business» est un gros mot, être curieux, se tourner vers tout ce qui marche hors de nos frontières et se dire que, de toute façon, nos enfants n’auront pas d’autres choix que de travailler avec ces pays…

3 minutos
the good fairs

3 minutos
art contemporain

Paris La Monnaie met Subodh Gupta en circulation A 53 ans, Subodh Gupta est désormais l’artiste indien le plus célèbre, représenté par l’une des galeries les plus puissantes du monde, Hauser & Wirth, et abondamment collectionné par François Pinault. L’ancien gamin de l’un des Etats les plus pauvres de l’Inde, le Bihar, s’est fait connaître en déversant, dans les musées, des montagnes d’ustensiles de cuisine en aluminium, créant ainsi des antimonuments à partir d’objets usuels de la culture indienne. Désormais, il compresse ses récipients de métal pour en faire de grands cubes. Le 11 Conti – musée de la Monnaie de Paris lui consacre sa première grande rétrospective en France. Subodh Gupta, Monnaie de Paris, jusqu’au 26 août. www.monnaiedeparis.fr Paris Ouverture de la fondation Lafayette Anticipations La fondation Lafayette Anticipations vient d’ouvrir ses portes dans le…

3 minutos
photo

Lausanne Dubuffet et la photographie Lors d’une rétrospective à Turin, en 1978, Jean Dubuffet associa des toiles originales et des projections lumineuses d’autres de ses peintures. Le musée de l’Elysée présente, aujourd’hui, la première étude du fonds photographique de l’artiste et dévoile les liens qu’il nourrissait avec la photographie. Et ils sont nombreux! Il a réalisé des vues en stéréoscopie de paysages qui lui servaient d’aide-mémoire pour ses tableaux. Il s’est servi de la photographie et de projections pour reproduire ses sculptures en très grand format. Et surtout, il a eu l’obsession de documenter, toute sa vie durant, ses travaux éparpillés de par le monde. Jean Dubuffet. L’Outil photographique, musée de l’Elysée, du 30 mai au 23 septembre. www.elysee.ch Londres Les belles heures de la photo abstraite On ne compte plus le nombre d’expositions consacrées à…

3 minutos
architecture, design et mode

Londres En mémoire d’Azzedine Alaïa Décédé le 18 novembre 2017, Azzedine Alaïa œuvrait, depuis un an déjà, sur le projet d’une rétrospective au Design Museum de Londres. L’exposition s’ouvre sans lui, mais il en a choisi les 60 silhouettes, en collaboration avec Mark Wilson. L’excellent conservateur en chef du musée d’art de Groningue l’avait déjà exposé en 2011. Azzedine Alaïa créait des robes sensuelles et sculpturales, conçues comme des œuvres à part entière. Il était aussi un grand collectionneur de design, et on ne s’étonnera donc pas que le parcours de cette rétrospective intègre des éléments architecturaux de Ronan & Erwan Bouroullec, de Marc Newson, de Konstantin Grcic, de Kris Ruhs ou de Tatiana Trouvé. Azzedine Alaïa: The Couturier, The Design Museum, du 10 mai au 7 octobre. www.designmuseum.org Paris UAM, un mouvement avant-gardiste En 1929,…