GP Racing

GP Racing No. 34

GP Racing est un magazine exclusivement consacré au sport moto sur piste.MotoGP, Moto2, Moto3, Superbike mondial, Supersport mondial, Endurance et toutes les courses mythiques internationales seront traitées, détaillées et analysées. Vous retrouverez également des sujets techniques, des interviews exclusives, des portraits, des résultats et un peu d’histoire. Tout ce qui fait le sel de la compétition moto! Les petits secrets et les coups d’éclat des grands champions, les choix et les objectifs des dirigeants, les espoirs et les réalisations des équipes techniques, GP Racing vous dira tout.

Читать больше
Страна:
France
Язык:
French
Издатель:
Editions Lariviere SAS
Периодичность:
Quarterly
655,71 ₽
2 621,11 ₽
5 Выпуск(ов)

в этом номере

2 мин.
french connection

La blessure de Marc Marquez en début d’année a ouvert en grand les portes d’une classe reine jusque-là cadenassée par un octuple champion du monde intraitable. L’ogre au repos, tout le monde veut sa part du gâteau. À l’heure où nous bouclons ce numéro (après Misano 2), six pilotes différents sont montés sur la plus haute marche d’un podium MotoGP en sept courses. Sur ces six vainqueurs, quatre n’avaient encore jamais franchi le pas. Dans l’ordre, Fabio Quartararo (2 victoires), Brad Binder (1), Miguel Oliveira (1) et Franco Morbidelli (1). Et soyez sûr que d’autres néophytes aux dents très longues vont tout faire pour goûter aux plaisirs d’une victoire et inscrire leur nom sur cette liste de prestige. Je veux parler de Franco Bagnaia, Joan Mir et Pol Espargaro, notamment.…

2 мин.
12 heures d’estoril les enjeux de la finale

À l’heure du bouclage de ces lignes se profile la finale du championnat du monde d’endurance du circuit d’Estoril. On fait le point avec Damien Saulnier, le boss du SERT, qui mène la danse avec 127 points. « Pour la finale, 150 % des points sont attribués pour créer un suspense supplémentaire, soit 67,5 points. Cela signifie que les cinq premiers du classement provisoire peuvent gagner (voir ci-dessous). Par exemple, si on finit après la 5e place et que le team Honda F.C.C. (photo) fait la pole, marque des points intermédiaires et gagne la course, ils sont champions. Il faut qu’on soit sur nos roues et dans des places correctes, mais on n’a pas besoin de se pendre pour gagner la course ou faire un podium. Estoril, j’y étais venu…

3 мин.
10 choses à savoir sur remy gardner

1 Fils du champion du monde 500 australien Wayne Gardner, Remy Gardner, né le 24 février 1998, est monté sur une moto à 4 ans, et a commencé la compétition avec son frangin Luca à l’âge de 10 ans. Enduro, cross, dirt-track et longtrack en Nouvelles Galles du Sud, à l’est de l’Australie. Tandis que Luca lâche l’affaire, Remy, lui, passe au bitume et rejoint l’Espagne pour disputer le CMV (Campionato Mediterraneo de Velocidad) où il termine second en 2011. Puis il s’engage en Moto3 au sein du CEV, le championnat de vitesse espagnol. 2 Culture locale oblige, Remy passe pas mal de temps à l’eau: il apprend à surfer en Australie. Il poursuit cela à son domicile de Sitgès (banlieue sud de Barcelone), où il s’adonne à la pêche sous-marine,…

4 мин.
moto3 arenas plie mais ne rompt pas

Il restait un peu plus de tours à couvrir dans ce Grand Prix de Saint-Marin quand Alberto Arenas a décidé de passer à l’attaque. Depuis le départ, le pilote du team Aspar avait fait en sorte de se faire oublier tout en préservant les pneus de sa KTM afin de pouvoir faire la différence dans les derniers kilomètres. Il raconte la suite: « Malheureusement, alors que je me faufilais pour prendre la tête de la course, Arbolino m’a touché. J’ai dû écarter ma trajectoire, et c’est en resserrant mon virage que ma roue arrière a décroché en passant sur une bosse. » À Jerez, Arenas était déjà tombé en luttant comme un chiffonnier avec ses adversaires. « Les courses Moto3 ne sont jamais simples, consent-il. Il faut composer avec de…

18 мин.
anniversaire il y a 20 ans, rossi découvrait la 500

Aux premiers jours du mois d’octobre 1999, la saison de Grands Prix entame sa dernière ligne droite aux confins de l’hémisphère sud. Australie, Afrique du Sud, Brésil et Argentine restent aux programmes des protagonistes des championnats du monde de vitesse. Alex Crivillé et Valentino Rossi ne sont plus qu’à quelques points du couronnement, le premier dans la catégorie 500, le second dans celle des 250. En cette fin de XXe siècle, les moteurs deux-temps tiennent encore le haut du pavé. Avec la retraite de Mick Doohan, blessé quelques mois plus tôt sur le circuit de Jerez, le paysage des Grands Prix est en chantier. Vedette en construction, Valentino Rossi capte l’attention des fans, mais aussi celle des teams et des constructeurs qui voient en l’Italien la nouvelle icône du sport…

9 мин.
alain bronec la cheville ouvrière

En débarquant sur le circuit Marco Simoncelli pour les deux Grands Prix organisés cette année à Misano, Alain Bronec n’a pas manqué d’aller se recueillir dans Curvone, ce virage ultra-rapide où, le 5 septembre 2010, Shoya Tomizawa a perdu la vie. « Le plus triste, c’est qu’avec le Covid, sa maman n’a pas pu venir pour participer à la petite cérémonie que nous organisons chaque année, glisse le patron du CIP. Ce sera la première fois qu’elle ne sera pas des nôtres alors que c’est le dixième anniversaire de la disparition de Shoya. » Au pôle mécanique d’Alès, la petite vitrine installée à l’entrée des locaux du CIP, remplie de nombreux souvenirs du pilote japonais, en dit long sur le vide qu’a laissé sa mort. Alain Bronec, chez qui Shoya…