EXPLOREMY LIBRARY
Food & Wine
La Revue du Vin de France

La Revue du Vin de France No. 623

Grâce à son savoir-faire et ses experts, La Revue du Vin de France vous apporte une information riche pour connaître, choisir et déguster les bons vins, constituer votre cave et multiplier les plaisirs de la découverte.

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Revue du Vin de France
Frequency:
Monthly
Read More
BUY ISSUE
$10.72
SUBSCRIBE
$92.08
10 Issues

in this issue

3 min.
les belles bouteilles de l’été

« ON EST ÉMERVEILLÉ DEVANT LES ÉVOLUTIONS QUI SECOUENT CERTAINS VIGNOBLES FRANÇAIS. » Il est d’usage, dans certains milieux, de critiquer les sommeliers de palace, souvent jugés trop guindés, esclaves des étiquettes, sans fantaisie. Mais une visite au Cinq, à Paris, permet de mesurer ce qu’est un service parfait, tant par l’élégance de la forme que par la connaissance intime du vin. Éric Beaumard, directeur du restaurant où officie le chef Christian Le Squer, n’est pas seulement le sommelier le plus élégant de Paris. À la tête d’une équipe de dix sommeliers, Éric est aussi un interlocuteur merveilleux, contant avec humour mille anecdotes mettant en scène Saint-Émilion ou Chinon, achetant tous ses vins en direct, capable de citer dix artisans vignerons d’avant-garde avec lesquels il travaille, attaché aussi à proposer en…

11 min.
"enchanter le moment passé à table, c’est la clé du succès "

La Revue du vin de France : Les grands vins ne sont-ils pas devenus beaucoup trop chers ? Éric Beaumard : Notre pouvoir d’achat n’a pas suivi l’inflation des grands crus français, c’est certain. Aujourd’hui, des gens très riches sont prêts à payer beaucoup pour de grands flacons. Ce sont eux qui font le marché. J’ai eu l’occasion d’évoquer cette question avec un propriétaire de Premier cru (Haut-Brion, ndlr), le prince de Luxembourg, qui a rebondi sur le prix élevé des chambres au Four Seasons George V. Nos tarifs, me disait-il, ne choquent pas puisque l’hôtel est régulièrement complet ! Il n’avait pas tort. Lorsqu’il n’y a plus de marché, les prix baissent. La RVF : Château Margaux 2015 est aujourd'hui vendu 1625 euros chez Millesima. Achetez-vous autant de Premiers crus que…

4 min.
vin : les signatures françaises fascinent les rich and famous

Lorsque l’Amérique reçoit la France à dîner, branle-bas de combat dans la cave de la Maison-Blanche. Le 24 avril dernier, Donald Trump accueillait Emmanuel Macron pour un fastueux dîner d’État : 120 invités en tenue de soirée accompagnés par les musiciens de l’orchestre de l’Opéra national de Washington. Le choix des vins servis est une des clés de la réussite de cette opération destinée à célébrer l’amitié franco-américaine via deux présidents atypiques. Au courant du mois de mars, en plein préparatifs, Melania Trump, première dame née en Europe et maîtresse de cérémonie, par ailleurs grande amatrice de bourgognes, s’est souvenue d’une excellente étiquette servie lors de son mariage : un chassagne-montrachet Premier cru de la maison Drouhin. Bingo ! Le caviste en chef de la White House lui explique que cette…

2 min.
aude : bisbilles autour de la reprise du domaine de céleyran

L’ex-président de région Georges Frêche avait acquis en 2009, pour 8 millions d’euros, les 300 hectares du domaine viticole de Céleyran, avec l’ambition d’y créer un parc régional d’activités économiques. Pillée, vandalisée, l’ancienne propriété de la famille Toulouse-Lautrec, aux portes de Narbonne, était tombée en sommeil. Le 12 avril dernier, la Région, encore propriétaire de 141 hectares et d’une cave de 250 m de long ainsi que des bâtiments agricoles, a décidé d’en confier la gestion au négociant et vigneron languedocien Gérard Bertrand, pour un loyer annuel de 15000 euros avec un bail emphytéotique de 75 ans. Le vigneron, qui s’engage à investir 8 millions d’euros sur cinq ans pour valoriser le site, projette d’y implanter une ferme biodynamique et le siège de sa future fondation Origine Nature. Mais l’homme d’affaires,…

2 min.
plus de 10 % des vignes de france sont cultivées en bio

L’Agence Bio, qui dépend du ministère de l’Agriculture, a présenté ses dernières statistiques en matière d’agriculture biologique. Premier constat en ce qui concerne la vigne : les conversions à la viticulture bio repartent de l’avant. Entre 2006 et 2012, la filière avait connu une progression spectaculaire avant de ralentir durant les cinq années suivantes. « La viticulture bio a connu un nouvel élan de conversion en 2017 », indique l’Agence Bio. Ce redémarrage est timide : la superficie des vignes certifiées en bio en 2017 n’a progressé que de 4 % pour s’établir à 61048 hectares. En revanche, les surfaces de vignes en cours de conversion ont bondi de 46 % en un an, passant de 12 067 ha en 2016 à 17617 ha en 2017. Si bien qu’à la fin de…

1 min.
les grappillés

Un nouveau chai au château Malherbe Sébastien Ferrari accélère au château Malherbe, 60 hectares dont 25 de vignes face au fort de Brégançon, en Provence. Après avoir racheté 5 hectares supplémentaires, il lance la construction d’un nouveau chai souterrain (tout est classé en surface) dessiné par l’incontournable architecte Jean-Michel Wilmotte. Inauguration en 2020. Via Caritatis : la marque de l’abbaye du Barroux Caritas, le nom choisi pour leur vin par les moines de l’abbaye du Barroux, au pied du mont Ventoux, appartenait au Secours Catholique. Frère Odon et les moines vignerons changent donc leurs étiquettes, désormais baptisées Via Caritatis. L’œnologue Philippe Cambie conseille toujours le projet, auquel il est très attaché. Lyon : Marie Dupuis mise sur l’œnotourisme Après la pionnière Estelle de Pins et son Wine Tour Booking, cinq jeunes femmes emmenées par la…