ZINIO logo
EXPLOREMY LIBRARY
Home & Garden
Côté Sud

Côté Sud Fevrier - Mars 2016

D'une bastide provençale à un riad marocain, d'une ballade en Amérique à un savoir-faire italien, Maisons Côté Sud vous ouvre les portes d'un art de vivre ensoleillé et enchanteur.

Read More
Country:
France
Language:
French
Publisher:
Cote Maison SAS
Frequency:
Bimonthly
BUY ISSUE
R 101,80
SUBSCRIBE
R 518,63
6 Issues

in this issue

2 min.
edito

S’en remettre à l’heure du Sud. Simplement. Se laisser guider par l’intuition, le plaisir. Celui d’accueillir le trop-plein de lumière. Cette intrusion qui prend d’assaut le regard autant que la peau, l’esprit, l’âme… S’en remettre à l’intensité solaire, aux accents, aux saveurs, aux parfums, aux couleurs. Composer sa propre palette d’inspirations. Accueillir la diversité des regards, l’élasticité du temps, la singularité d’un micro savoir-faire ou d’un produit du terroir. Depuis plus de vingt-cinq ans, Côté Sud observe, écoute, relaie toutes les vibrations d’un territoire qui a pour seule limite, une ligne d’horizon. C’est dire si ce paysage est vaste. L’ici y côtoie l’ailleurs, l’ultra-local cohabite avec l’évasion lointaine, l’intériorité invite la convivialité, l’ancrage régional associe le nomadisme, le durable respire l’innovation, le talent unique accompagne une culture plurielle. C’est dire…

4 min.
d’ombre et de lumière l’événement barceló

« C’est très beau, très émouvant quand, à la fin de l’été, les toreros sont comme dans d es petits quartiers de lune, de soleil, juste avant que l’ombre ne les recouvre. C’est un parfait sujet de gravure... »« Une pierre litho, c’est unique : tu commences à frotter la pierre avec un crayon, une barre noire et, après dix minutes, tu entres en relation avec Delacroix, avec Rodin, avec Odilon Redon et avec Goya, et c’est là que le dessin devient peinture... »« …faire que les choses s’animent. Des sortes de phénoménologies de la matière... Faire qu’une chose devienne une autre chose, c’est un peu ce que je fais de manière générale. » Toiles et terre singulière... au musée Picasso Premier artiste contemporain invité par le musée depuis sa réouverture en…

5 min.
résister de l’autre côté de la méditerranée

À Marseille « Traces... Fragments II d’une Tunisie contemporaine » Parce que la Tunisie est à une période charnière de son histoire, il fallait partir à la découverte d’une nouvelle génération d’artistes émergents, nés avec la révolution des Printemps arabes. Propice aux échanges fertiles, le Mucem donne à voir en images l’écho de leurs regards. Après un premier volet présenté au printemps-été dernier, le deuxième en cours raconte toujours la trace, ce qui subsiste du passé industriel, politique, familial, intime... Une quête d’histoire, de paysages abolis et d’un refus de faire table rase. Vidéos, installations, art numérique racontent cette multiplicité, avec en point d’orgue une très belle séquence photographique et nos deux coups de cœur : Abdelhak El Ouertani (élève des frères Lumière à Lyon en 1892), dont les tirages et plaques…

5 min.
à visiter aussi

Aix-en-Provence Toiles de maîtres Cranach, Raphaël, Rubens, Van Dyck, Rembrandt, Vernet, Hubert Robert, Vigée-Lebrun, tous les grands maîtres de la peinture classique européenne du xVi au xix siècle sont réunis sous l’aura de l’exceptionnelle «KgalerieK» du prince de LiechtensteinK! Le goût de cette famille princière s’expose à travers ses thèmes de prédilectionK: naissance du portrait, représentation des grands mythes, âge d’or hollandais et flamand, nature morte, paysage… De scènes antiques en villégiatures et décors de palais, d’objets en cabinet de curiosités, l’Hôtel de Caumont, mis en scène pour l’occasion par le designer Hubert Le Gall, sert ce parcours et le propos d’une dynastie collectionneuse qui poursuit toujours aujourd’hui une très active politique d’acquisitions… Jusqu’au 20 mars, « Les Collections du prince de Liechtenstein », Caumont centre d’art, 3, rue Joseph-Cabassol, 13100, tél. 04…

3 min.
seydou keïta galerie d’un photographe humaniste

Vous ne pouvez pas imaginer ce que j’ai ressenti la première fois que j’ai vu des tirages de mes négatifs en grand format, impeccables, propres, parfaits. J’ai compris alors que mon travail était vraiment, vraiment bon. Les personnes sur les photos paraissent tellement vivantes. C’était presque comme si elles se tenaient debout devant moi, en chair et en os », voici les mots trempés d’humilité de Seydou Keïta illustrés par un ensemble de 300 photographies comprenant des tirages en noir et blanc modernes et des tirages vintage. La première rétrospective d’ampleur consacrée à celui que le monde de la photographie considère comme l’un des portraitistes les plus célèbres de la seconde moitié du XX siècle, à l’image d’un Richard Avedon ou d’un August Sander. Découvert en Occident au début des…

2 min.
à l’heure du beldi...

Déguster en terrasse ou à la maison le savoureux thé à la menthe, le « kawa » ou le « nuss-nuss », évoque invariablement l’usage du verre Beldi. Son nom, synonyme de traditionnel, en fait foi. Ce gobelet de verre soufflé bouche et fait main, aisément reconnaissable à son épure harmonieuse soulignée d’un renflement en son pourtour voit le jour au Maroc en 1946. La région de Casablanca, multiplie les petits ateliers, le pays ayant désormais fait sien ledit gobelet. Puis la production décroît et, en 2013, la dernière manufacture d’Aïn Sebaâ est contrainte de fermer ses portes. Un savoir-faire vernaculaire manque de sombrer définitivement. Alors Jean-Dominique Leymarie s’offre un verre, mais pas n’importe quel verre ! L’authentique, le seul, le vrai verre Beldi (se méfier des contrefaçons…). Cet amoureux…